Lectures de Février

9comments , , 1

L’heure du bilan de mes lectures de Février est arrivé !

Pour commencer 

L’arabe du Futur tome 1 et 2 ♡♡♡

de Riad Sattouf

L'arabe du futur

L’arabe du futur

L’arabe du futur

L’arabe du futur, BD ultra célèbre de Riad Sattouf. Une autobiographie de l’auteur qui retrace sa jeunesse à travers des dessins simples mais terriblement percutants. Né en 1978 d’une mère originaire de bretagne, et d’un père syrien, Riad nous plonge dans son enfance en Lybie à Tripoli sous le règne de Kadhafi, puis son déménagement en Syrie sous le règne de Hafez-al-Assad où il rejoint sa famille près du village de Homs. Il retrace notamment l’histoire de ce petit qui va découvrir la difficulté de la vie traditionnelle du Moyen-Orient, de la discrimination à cause de son physique et du culte des dictateurs.

Coup de cœur monumental pour L’arabe du futur. Riad arrive très facilement à nous immerger dans le monde de sa jeunesse. Il nous fait presque vivre cette enfance, on ressent presque les odeurs qu’il y décrit, on imagine les goûts, on grince des dents, on fronce les sourcils, on rit etc. bref c’est tellement réel. J’ai adoré car il aborde différentes facettes. Tout d’abord ce livre est historique, on peut ainsi aborder l’état politique du Moyen-Orient, la vie sous la dictature et surtout la perception du peuple vis à vis de ces dictateurs, ensuite c’est la dimension culturelle qui est très intéressante, on voit un peu le contraste de culture orientale, la culture européenne et celle de Riad et son tiraillement, bercé de va et vient entre les deux.  J’ai juste adoré plonger dans l’intimité de Riad, il me reste 2 tomes à lire car son enfance est retracé en 4 tomes alors je me délecte d’ouvrir le tome 3 !!

 

Règles douloureuses de Kopano Matlwa ♡

regles douloureuses

Règles douloureuses

Règles douloureuses

Règles douloureuses

2015 en Afrique du sud. On suit l’histoire de Masechaba qui a souffert durant des années de douleurs chroniques liées à une endométriose. Ces douleurs et cette histoire qu’elle traverse pousse Masechaba à devenir médecin. On est donc avec elle, lors de son internat dans un hôpital d’Afrique du sud. On vit avec elle, ses interrogation sur sa capacité à soigner, son dévouement et sur les patients. On est témoin d’un racisme grandissant en Afrique du Sud contre toutes les autres origines, africaines, y compris. La différence de soin suivant l’ethnie du patient, ces injustices révoltantes.   On aborde aussi la place de la femme dans la société, les réflexions sur la condition de femme et les violences sexuelles le tout sur un fond spirituel.  Un livre qui aborde des thèmes difficiles mais qui ne m’a pas vraiment immergé. J’ai aimé les différents mots, les différentes phrases absolument sublimes mais je trouve qu’à peine on se sent enveloppé par des mots puissants que l’ambiance, la profondeur redescend illico, et c’est ce qui m’a un peu déplu.

 Je murmure ces mots dans la nuit, ils tombent de mes lèvres mais échappent à mon cœur

Seigneur, il y a tant de peine dans mon cœur. Si seulement Tu acceptais de me le garder, ne serait-ce qu’un court instant, afin que mon âme lasse puisse se reposer et mon corps exténué se remettre.

masechaba

Soixante-douze heures ♡

 

soixante douze heures

soixante douze heures

soixante douze heures

72h

Soixante douze heures. Le temps dont dispose Irène, 17ans qui vient d’accoucher sous X pour revenir sur sa décision d’abandonner ce bébé qu’elle vient de mettre au monde. 72h à l’hôpital où on est plongé dans la tête torturée d’une adolescente qui va prendre la plus grande décision de sa vie, du moins une des plus importantes. Elle va donc repenser à ses derniers mois passés, à cette grossesse et à sa conception, à sa famille, ses amis, comme si cette naissance avait été un déclic d’hyper lucidité et de réflexion face à sa propre vie.

Marie-Sophie Vermot nous livre donc un portrait bouleversant de cette adolescence avortée par l’accouchement de ce petit être qui vient tout bouleverser autour d’elle et en elle. On est emporté de souvenirs en souvenirs,entre deux, projeté dans la dure réalité. Un contraste tout le long entre passé et présent. Le tout écrit d’une manière très simple, très compréhensible et sans jugement. C’est une belle histoire, la seule chose qui m’a dérangée c’est qu’en abordant un thème et une histoire si profonde, les mots manquaient de profondeur. Ils étaient si simplement clairs que cela manquait parfois d’émotion, comme si justement Irène était dans un déni, ou était totalement extérieure à cette histoire se protégeant de ressentir toute émotion et du coup, moi lectrice, me protégeant également de ressentir de l’émotion et du bouleversement. C’est ce qui m’a beaucoup manqué, cette dimension très profonde.

 

Ce sont des petits instances d’absence, comme après une sieste au soleil

 Notre histoire s’inscrit sur notre peau dans notre sang et nos cellules, dès notre conception, avec nos failles et nos forces. Avec la marque de ceux qui nous ont précédés dans la lignées

Profite bien du jour qui passe et qui ne reviendra pas

72h 

Fraise Book ♡

fraise book

Fraise book

Fraise book

Fraise book

Internet influence la vie des enfants mais aussi les rend vulnérables. Fraise Book est une collection de petits livres éducatifs pour sensibiliser l’enfant aux technologies et à leur bonne utilisation. On suit la petite histoire de Nicolas qui apprend à écrire un SMS mais qui découvre qu’on a besoin de vraies phrases dans la vie pour s’exprimer et non de diminutif comme dans un SMS. Cette gamme de livre est destinée aux 3-6ans. Je l’ai lu avec ma nièce de 4ans qui a beaucoup aimé notamment grâce aux dessins et aux couleurs très flash qui retiennent l’attention. Néanmoins, j’ai trouvé que d’aborder le thème des SMS est trop prématuré pour un enfant de 4 ans. Elle ne savait pas du tout ce que c’était. En plus pour un enfant qui commence à peine à apprendre à lire c’est un peu compliqué de distinguer l’écriture sms d’une écriture classique. Cet aspect n’était pas très percutant. Après quand l’adulte adapte, explique un peu d’une autre manière que celle écrite, c’est un peu plus clair mais je trouve que ce thème est bien trop tôt lorsqu’il est abordé pour les 3 à 6 ans. Mais il faut dire que ma nièce a quand même beaucoup aimé le format, le style, les dessins et l’histoire de fond. Elle m’a parlé de Nicolas pendant deux jours haha.

Fraise book

lectures

lectures

lectures

Et toi, tes lectures de Février ? 

fevrier


Retrouvez moi sur les réseaux sociaux

( concours, bons plans et amour t’attendent )




Rendez-vous sur Hellocoton !

 

9 Comments
  • Hella
    mars 1, 2019

    belle critique😉 livres très bien décrits avec une grande sensibilité

    • perledujour1908maycl
      mars 3, 2019

      Merci <3

  • Anges06
    mars 1, 2019

    Bonjour, merci de nous donner des idées de lecture… et aussi pour les enfants !

    • perledujour1908maycl
      mars 3, 2019

      Avec plaisir !

  • Valérie Piras Rey/Bula Bouftou
    mars 2, 2019

    J’allais dire « que des lectures très engagées » et même si le dernier livre paraît plus léger avec ses dessins en couverture, cela reste un sujet bien sérieux. Bravo.

    • perledujour1908maycl
      mars 3, 2019

      C’est vrai que sous l’aspect de légèreté de certains, c’est très dénonciateur ! 🙂

  • trehet
    mars 10, 2019

    coucou…moi j aime les livres de développement personnel… dernière lecture …lâcher prise….

  • Anges Mmyy
    mars 11, 2019

    Bonjour, en ce moment je lis Les planches pourries. Pas facile à rentrer dedans et il m’a fallu une bonne 30 aine de pages pour accrocher. J’approche de la fin et impatiente de savoir comment ça se termine !

  • Carole Boyer
    mars 26, 2019

    Très bon choix

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *